Skip to content

New lives for obstetric fistula survivors (continued): more success stories from Burkina Faso

2012 April 20
by Alain Kaboré

Alain Kaboré is Program Officer with FCI-Burkina Faso, based at our office in Ouagadougou.

In the West African country of Burkina Faso, FCI — with support from the UN Population Fund (UNFPA) and the Luxembourg Agency for Development Cooperation — is addressing the suffering of women who live with obstetric fistula, a devastating injury to the birth canal caused by obstructed and prolonged labor. If left untreated, fistula’s damage is permanent. It makes it impractical or impossible to have more children, causes leaking of urine or feces, and leads to a lifetime of pain, stigma, and social ostracism. Working with communities and grassroots organizations in the remote Sahel region, on the edge of the Sahara Desert, FCI’s program seeks to prevent obstetric fistula by improving women’s access to emergency obstetric care. We also provide surgical treatment for women living with fistula (see part 1 of this series to learn more), and support the reintegration of fistula survivors into their communities.

Mariam Sawadogo

After fistula surgery, starting a small business helps women regain social status.

In the poor, semi-nomadic villages of the Sahel, women with obstetric fistula are often treated as if it is their own fault, and not the result of inadequate access to maternal health services. It is widely believed that fistula is a punishment for adultery or other moral transgressions, or that it is a sign that the woman is cursed. A woman living with fistula cannot hide it, because her chronic incontinence brings with it a constant odor. These women are often thought unworthy of living with their families, associating with friends, or participating in the life of the community. Many are rejected by husbands and in-laws, and forced to live in the shadows, with a triad of suffering: physical, psychological, and economic.

Successful surgery can heal fistula’s physical effects, but its psychosocial and economic impacts often last far longer. FCI works with our community-based partner organizations to meet this challenge by helping women, after their fistula has been repaired, to emerge from the shadows and rejoin their families and communities. In these villages, establishing a means of earning an income is a crucial way for a woman to regain her confidence, demonstrate her value to the family, and achieve status in the community.

Mariama Boubacar Diallo and baby

Mariama Boubacar Diallo's fistula occurred while giving birth to this baby

Mariama Boubacar Diallo is one of these women. Mariama lives in the village of Kriollo Ourarsaba, 25 kilometers (16 miles) from Dori, the region’s capital. In 2009, already a 27-year old mother of two, she developed a fistula while giving birth to her third child (who survived, unusual in fistula cases). Mariama’s husband did not reject her, but her in-laws were less kind. “His parents did not want me anymore — every day there was strife… and they openly abused me in spite of my husband,” she said. Fortunately, one of FCI’s partners found her and arranged for her surgery at the hospital in Dori only a few months later. “Today,” Mariama says, “thank God, I no longer suffer. I’m healthy; I am healed.”

The healing that Mariama needed was not only physical; her position in the family and community also needed repair. So in the months after her surgery, she received training in modern methods of livestock farming. Raising cattle and sheep is the primary economic activity in many parts of the Sahel, and at the end of 2010 Mariama received a grant of 100,000 CFA francs (about $200 to purchase a ram and a ewe, along with some feed, and thereby establish her own breeding business.

Mariama now owns four head of cattle, making her one of the village’s most prosperous and successful citizens, and she generously shares her new agricultural knowledge with her neighbors. She is fully included in baptisms, weddings, and other social events of the village — something that was inconceivable only a year ago, and has fully reunited with her in-laws. “Today,” she says, “thanks to this program, my in-law family has truly accepted me.”

Mariam Sawadogo suffered for much longer: now 35 years old, she was still in her teens when her second pregnancy resulted in obstructed labor, stillbirth, and obstetric fistula. After 16 years of humiliation and isolation, the FCI program arranged for her repair surgery at the Dori hospital. Now a widow, she too was trained in farming techniques and small business management skills. With her small reintegration grant, Mariam has developed two small but successful businesses. Like Mariama Boubacar Diallo, Mariam used her grant to buy two ewes; after fattening them for a year, she sold them for a profit, using the proceeds to purchase two more young sheep and to begin making and selling beignets (donuts) in the village market.

Mariam Sawadogo

Mariam Sawadogo with two ewes she purchased with help from an FCI grant

These two small businesses have enabled Mariam to emerge from extreme poverty ­— she now has both assets (her livestock) and a steady income, and can pay her child’s tuition at the village school. She also is able to buy jewelry, an important marker of social status for women of her generation in her community. At her market stall, Mariam, no longer a social pariah, chats and gossips with the many customers who come to buy her delicious cakes. In line with tradition — and a clear sign of her successful reconciliation with her in-laws — she now lives in the household of her late husband’s younger brother.

Mariama and Mariam are just two of the hundreds of women whose lives have been transformed through a simple surgery and a $200 grant.

 

La seconde vie des survivantes de la fistule obstétricale (suite): histoire de succès au Burkina Faso 

Alain Kaboré est chargé de programme à FCI-Burkina Faso, basé dans notre bureau à Ouagadougou.

Au Burkina Faso, pays de l’Afrique de l’Ouest, FCI – financé par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) grâce à des fonds du Grand-Duché du Luxembourg – est en train de répondre aux souffrances des femmes qui vivent avec une fistule obstétricale, une blessure à la filière génitale causée par un accouchement obstrué et prolongé. Sans traitement, la fistule provoque l’incontinence et l’odeur, et rend difficile voire impossible d’avoir encore des enfants, ce qui résulte en une vie de douleur, de stigmatisation, d’ostracisme social pour les femmes victimes. En collaboration avec les communautés et les organisations locales du Sahel, un projet de FCI vise à prévenir les fistules obstétricales (en améliorant l’accès aux soins obstétricaux d’urgence), fournir un traitement chirurgical aux femmes vivant avec une fistule (voir la partie 1 de cette série), et soutenir la réintégration des survivantes de la fistule au sein de leurs communautés.

Dans les villages pauvres et semi-nomades du Sahel, les femmes souffrant de fistule obstétricale sont traitées comme si elles étaient responsables, alors qu’en réalité l’accès inadéquat aux services de santé maternelle est responsable.

Mariam Sawadogo

Mariam Sawadogo sur le marché du village, vendant ses beignets.

Beaucoup croient que la fistule est une punition de l’adultère, d’autres transgressions morales, ou est un signe que la femme est maudite. Les femmes qui vivent avec une fistule ne peuvent pas le cacher : leur incontinence chronique apporte une odeur constante d’urine et/ou d’excréments, et elles sont souvent perçues comme n’étant pas dignes de vivre avec leurs familles, de voir leurs ami(e)s, ou de participer à la vie de leur communauté. De nombreuses femmes sont rejetées par leurs époux et leurs beaux-parents et forcées de vivre dans l’ombre, et à subir une souffrance physique, psychosociale et économique.

 

Une chirurgie réussie peut guérir les effets physiques de la fistule, mais ses impacts psychologiques et économiques peuvent durer plus longtemps. En collaboration avec nos partenaires locaux, FCI répond à ce défi en aidant les femmes, après la réparation de la fistule, à sortir de l’ombre et à rejoindre leurs familles et communauté. Dans ces villages, avoir une activité génératrice de revenus (AGR) est un moyen crucial par lequel une femme peut reprendre confiance en elle, démontrer sa valeur à la famille, et obtenir un statut au sein de la communauté.

Mariama Boubacar Diallo et son enfant

Mariama Boubacar Diallo tenant son troisième enfant dans ses bras

Mariama Boubacar Diallo est une de ces femmes. Mariama vit dans le village de Kriollo Ourarsaba à 25 km de Dori, chef-lieu de la région du Sahel. En 2009, déjà mère de deux enfants à 27 ans, elle a développé une fistule pendant l’accouchement de son troisième enfant (qui a survécu, événement rare dans le cas des fistules). Bien que son époux ne l’ait pas rejetée, ses beaux-parents étaient moins compréhensifs : « … mes beaux-parents ne voulaient plus de moi, chaque jour avait ses épisodes de querelles, on me lançait des proverbes  et des injures ouvertes et tout cela au mépris de mon époux ». Heureusement, un des partenaires de FCI l’a trouvée et a pris toutes les  dispositions nécessaires pour qu’elle puisse être opérée à l’hôpital de Dori quelques mois plus tard. « Aujourd’hui » dit-elle, « Dieu merci je ne souffre de rien ; je suis bien portante, je suis guérie, même en me voyant vous savez que je suis en bonne santé ». Une fois le mal physique guéri, Mariama avait également besoin d’aide pour retrouver sa position au sein de sa famille et sa communauté. Dans les mois qui ont suivis l’opération chirurgicale, Mariama a reçu une formation sur les techniques modernes d’élevage (l’élevage des bovins et des moutons est la principale activité économique dans de nombreuses parties du Sahel), et à la fin de l’année 2010, elle a reçu 100 000 francs CFA (environ 200 dollars). Les fonds lui ont permis d’acheter un bélier, une brebis, et de la nourriture pour établir  sa propre entreprise de l’élevage.

Aujourd’hui, Mariama est propriétaire d’un élevage de quatre bêtes, ce qui fait d’elle une des personnes les plus prospères du village. Elle partage son nouveau savoir-faire agricole avec ses voisins et elle participe pleinement aux baptêmes, mariages, et autres évènements sociaux du village – quelque chose d’inconcevable il y a un an. Elle est aussi pleinement réunifiée avec sa belle-famille : « Aujourd’hui, je peux dire que c’est grâce aux AGR que ma belle-famille m’a acceptée réellement. » Après l’avoir exclue dans le passé,  maintenant ils viennent vers elle pour des conseils et de l’aide.

Mariam Sawadogo a souffert pendant bien plus longtemps : aujourd’hui âgée de 35 ans, elle était adolescente quand sa deuxième grossesse a abouti à une fistule obstétricale. Après 16 ans d’humiliation et d’isolation, le projet de FCI a facilité sa chirurgie à l’hôpital de Dori. Maintenant veuve, elle aussi a bénéficié d’une formation en techniques d’élevage et en gestion de petit commerce. Avec sa subvention de 100 000 francs CFA, Mariam a commencé deux petites entreprises pleines de succès. Comme Mariama Diallo, Mariam s’est acheté deux brebis et un an plus tard, elle les a revendues à profit pour acheter deux jeunes moutons. Les bénéfices engendrés lui ont également permis de démarrer un petit commerce de vente de beignets sur le marché du village.

Mariam Sawadogo

Mariam Sawadogo avec les deux brebis achetées grâce à la subvention reçue de FCI.

Ces deux entreprises ont permis à Mariam d’échapper à la pauvreté extrême –elle possède actuellement un patrimoine (ses animaux) et un revenu stable qui lui permet de payer les frais de scolarité de son enfant qui fréquente l’école du village. Ses revenus lui permettent également de s’offrir des bijoux, un signe important du statut social pour les femmes de sa génération dans sa communauté. Devant son étal au marché, Mariam, qui n’est plus un paria social, bavarde avec ses nombreux clients qui défilent autour de son étal à la recherche de ses succulents beignets. Selon la tradition –et un signe clair de sa réconciliation réussie avec sa belle-famille – elle vit dans la famille du jeune frère de son défunt époux.

Mariama et Mariam ne sont que deux des centaines de femmes dont la vie a été transformée par une chirurgie simple et une subvention de 200 dollars.

 

 

No comments yet

Comments are closed.